Le Carlton de Cannes vendu à un investisseur du Qatar


Le Carlton de Cannes va faire l'objet d'un programme important de rénovation et d'extension. Valery Hache AFP/Archives

Investissement Le palace avait été acheté il y a neuf mois par un investisseur libanais.


Le Carlton, prestigieux palace de Cannes, sur la Côte d'Azur française, a été vendu à un investisseur du Qatar, seulement neuf mois après avoir été acquis par un homme d'affaires libanais, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.


L'hôtel a été racheté par l'investisseur privé Ghanim Bin Saad Al Saad. L'investisseur libanais Toufic Aboukhater, qui réside à Monaco, avait acquis à la mi-avril un portefeuille de sept hôtels européens de la marque Intercontinental, dont le Carlton, vendu par la banque d'affaires américaine Morgan Stanley.


La transaction s'était conclue pour 450 millions d'euros, selon des informations de presse, chiffre sensiblement inférieur aux 634 millions d'euros que Morgan Stanley avait dû débourser en 2006.


Toufic Aboukhater, qui réside depuis longtemps à Monaco, était autrefois un ami proche du prince Rainier. Il avait acquis en 1998 dans la principauté l'hôtel Loews Monte Carlo, revendu et devenu depuis le Fairmont.


Les propriétaires des "murs" des hôtels de luxe sont souvent des fonds d'investissements ou de grandes fortunes à la recherche d'une plus-value immobilière.

Construit en 1911, le Carlton va faire l'objet d'un programme important de rénovation et d'extension, qui doit entraîner la fermeture du palace d'août 2012 à mai 2013.


L'appétance des capitaux moyen-orientaux à la recherche de lieux prestigieux pour des placements à long terme n’est pas nouvelle. La transaction la plus symbolique a eu lieu fin décembre 2010 avec la cession du Crillon, palace parisien détenu par le fonds américain Starwood Capital, à un membre de la famille royale d'Arabie Saoudite pour 250 millions d'euros.

Le palace rejoignait ainsi le George V, appartenant (murs et fonds) au prince saoudien Al-Walid et exploité par la chaîne Four Seasons ou encore le Royal Monceau, exploité par la chaîne singapourienne Raffles, murs et fonds étant détenus par le fonds souverain du Qatar, Qatari Diar.

Par la suite, dans une catégorie plus haut de gamme que palace, les murs de l'hôtel Marriott des Champs-Elysées à Paris ont été vendus par le fonds allemand Union Investment au fonds souverain d'Abu Dhabi (Adia) pour 250 millions d'euros.


lorientlejour.com